FRANCESCO RUSSO – CHAMPION ET INGENIEUR

Carnet à la mémoire d’une tentative de record du monde.

Le secret était bien gardé. Seul France-HPV était dans la confidence. Il faut dire que depuis 2007, date à laquelle nous l’avons rencontré, lors de ses débuts sur la piste du CERAM, la sympathie et l’amitié entre nous ne se sont jamais démenties. Nos échanges au cours de onze années ont été réguliers et toujours marqués d’attentions, et même depuis que n’étant plus voisin Suisse, Francesco Russo s’est expatrié en Argentine.

Toutes les conditions étaient sérieusement réunies pour vivre la réalisation d’un nouveau record mondial dans l’heure. La cible des 95 Km était fort plausible selon les analyses des derniers tours du précédent record de 2016. Les améliorations notables du vélo, sans oublier l’entrainement et la condition physique excellente du champion, complétaient cette vision. Deux années de préparations méticuleuses étaient en vue de leur aboutissement. Les dates estivales de disponibilité de la piste DEKRA (en Allemagne à la limite de la Pologne et de la Tchéquie), pouvaient faire espérer une météo très compatible de l’espoir.

Le 5 juillet 2018, en soirée, la piste était offerte pour une petite heure. Un test de roulage et de vérification des procédures fonctionnelles, confirmait le tout, à l’exception d’un vent persistant entrecoupé de rafales… Un peu plus tard,    les « observers » officiels WHPVA, arrivaient de Suisse avec tout le matériel d’homologation et même d’avantage, puisqu’une caméra thermique avait été louée pour certifier que le vélo de Francesco n’était équipé d’aucun moteur caché.

Réalisé selon le concept « Eivie » de Damjan Zabovnik (dos couché inverse au sens de marche), le Metastretto est cependant une conception 100/100 originale et méticuleuse, née de l’imagination et des mains talentueuses de Francesco Russo. Son ascendance italienne et sa nativité Suisse se résument pleinement dans le génie mécanique et le soin extrême qui se synthétisent dans la machine unique et merveilleuse prévue pour réussir ce record. Depuis la tentative précédente une foule de détails y ont été améliorés, tels les roues à jantes concaves, le changement de vitesses, la réduction des entrées d’air aux passages de roues, la direction, le système respiratoire et de ventilation, etc… Le Metastretto est une merveille d’ingénierie qui relègue au passé, amateur et approximatif, bien des conceptions de machines de record.

Le vendredi 6 juillet tout était réuni pour réussir la tentative, sauf la météo. La température très basse pour la saison se visualisait dans l’absence de bleu du ciel et les rafales de vent toujours présentes. Pour tester la condition, le vélo maintenu dans sa coque protectrice est élancé pour deux tours. Une rafale de vent, plus forte que les autres, et dans un passage découvert du tracé, sera la cause d’une chute et de la raison à ne rien pouvoir espérer continuer dans cette journée.

Samedi 7 juillet, la piste n’est pas disponible. Les automobiles Tesla l’ont réservé pour 30 heures et battre 3 records du monde avec des moyens considérables. Une dizaine de voitures, une armée de camions et de matériel, sont monopolisées pour ce faire… L’équipe de Francesco qui ne bénéficie d’aucune aide, aucun journaliste, aucune télévision pour suivre son exploit, occupe son temps à peaufiner le vélo et lui offrir des pneus neufs… Deux échelles du monde partagent la même piste…

Dimanche 8 juillet, le froid et le vent sont à peine plus engageants que les jours précédents. Il est décidé de réaliser la tentative le plus tard possible pour espérer que le vent soit au plus faible. C’est à près de 20 heures que Francesco s’élance et donne le maximum. Pour celui qui n’a jamais vu passer sa machine, c’est un enchantement de voir passer un vélo à presque 100 km/h alors qu’il participe à une tentative horaire. Dans sa machine, Francesco sait que la condition ne permettra pas de réaliser son rêve à battre son propre record. Au bouclage du quatrième passage il interrompt sa course. Le vent est trop fort et voir dangereux.

La direction du circuit et son planning, étant en incapacité à pouvoir offrir une possibilité à prendre une revanche à proche échéance, l’évidence de la fatalité qu’un champion sait qu’il doit savoir affronter, s’impose.

Francesco Russo reste le recordman et l’homme le plus vite dans l’heure avec 92,439 km… Il ne sera pas facile à battre !

France-HPV remercie  le privilège de l’invitation  et  le fraternel  des jours inoubliables, passés dans les coulisses de cette tentative, infructueuse au résultat, mais  superbement humaine dans  son vécu.

Dernière photo, avant de se quitter, pour réunir et remercier toute l’équipe de cette tentative. De gauche à droite  : Francesco Russo, Peter Hutzli (Observer WHPVA), Dominique Perruchon (France-HPV), Jamima Russo (Team Assistante), Stephan Grünig (mécanicien), Mme X (responsable DEKRA), Martin Schütz (Observer WHPVA), Thomas Wolf (HPV Deutschland).