REMISE DU PRIX FRANCE-HPV 2018 !

France-HPV a créé le « PRIX France-HPV », pour annuellement honorer les personnalités physiques ou morales, ayant notablement contribué au progrès et au développement des Véhicules à Propulsion Humaine.

Le Jury 2018 décerne son Trophée, à Isabelle LESENS, pour la présence continuelle de ses actions, et ses décennies de militantisme voués au salutaire de la vie et du bien commun.

Qu’il ne soit plus un secret pour personne que ses amis la surnomment : « Isabelle, le bon sens ! ». France-HPV est heureux de lui apporter son remerciement et sa reconnaissance.

https://www.isabelleetlevelo.fr

INDISPENSABLE ET VITAL

Respirons bien avant que trop tard….

« Si la terre était un pamplemousse, la région où les vertébrés, comme l’être humain, pourraient vivre, n’aurait une épaisseur que d’un centième de millimètre. Les conditions de température et de composition des molécules, dans ce centième de millimètre permettant la vie de vertébrés complexes comme nous sont très limitées. Le plancton a pris le CO2 de l’atmosphère primitive, qui était beaucoup plus chaude, pour construire des chaînes hydrocarbonées qui ont sédimenté et donné le pétrole et le gaz. Cela a duré environ 300 millions d’années. Chaque année, nous brûlons dans les moteurs et les chaudières l’équivalent d’1 million d’années d’activité du plancton tout en rejetant dans l’atmosphère des molécules complexes et toxiques qui n’existaient pas auparavant. Finalement pour quoi faire :

  • Faire en moyenne 25 kilomètres dans des voitures de plus d’une tonne transportant 80 kg d’humains, ce que fait toute personne âgée bien entraînée à bicyclette. Environ 75% des déplacements en voiture pourraient être effectués avec n’importe quel véhicule à propulsion humaine, éventuellement avec l’aide d’un moteur électrique léger. En France, 60% des déplacements de moins d’un kilomètre se font en voiture, 75% des déplacements domicile travail inférieurs à 3 kilomètres se font en voiture.
  • Chauffer des maisons, quand on sait maintenant construire des maisons passives ne nécessitant quasiment plus, ou très peu d’énergie.
  • Manger des aliments nécessitant dix fois plus d’énergie qu’ils n’en contiennent eux-mêmes. C’est la première fois dans l’histoire de l’homme que nous fabriquons des aliments avec un bilan énergétique négatif, toutes les civilisations qui s’y sont essayé ont rapidement disparu de l’histoire. Ce système alimentaire repose principalement sur l’essence, le gaz et le nucléaire. Nous savons parfaitement comment produire des aliments présentant un bilan énergétique positif, et ne polluant donc pas l’atmosphère. Entre autres exemples, Monsieur Joseph Chauffrey, à Rouen, produit 350 kilogrammes de légumes et de fruits sur 150 mètres carrés de potager, en mode permaculture bio, avec une activité physique moyenne de 1 heure par jour. Il décrit cela dans son livre : « Mon petit jardin en permaculture ».

Si nous prenons le temps d’y réfléchir, le vélo et le HPV peuvent contribuer directement ou indirectement à éliminer les obstacles. Nous savons très bien maintenant, que si notre corps n’a pas assez d’activité physique (le minimum requis est de 75 minutes par jour), ou s’il est sédentaire, le cerveau ne fonctionnera pas correctement et fera prendre de mauvaises décisions. Le vélo, le VPH et la marche, intégrés à la vie quotidienne, aideraient les membres de nos sociétés à prendre de bonnes décisions courageuses tout en diminuant considérablement les émissions de pollution atmosphérique, une autre cause du mauvais fonctionnement du système nerveux.

Dans le monde entier, la plupart des dirigeants n’atteignent pas les recommandations concernant l’activité physique quotidienne et la sédentarité et sont soumis à un autre biais cognitif, à savoir l’addiction au pouvoir. Nous savons qu’une activité physique suffisante, partagée avec d’autres et dans la nature, constitue un traitement ou une partie du traitement pour toute addiction.

Nous pouvons choisir de manger des aliments et des boissons saines, nous pouvons éviter de regarder des vidéos stupides, nous pouvons décider d’arrêter la sédentarité, nous pouvons vivre sans émettre trop de dioxyde de carbone mais nous ne pouvons pas arrêter de respirer. »

Dr Jean-Luc Saladin